Frise chronologique

Le château de Rans

Mentionné dès le XIIe siècle, le château s’élève sur la rive gauche du Doubs, au nord du village.

Autrefois forteresse, on traversait ses fossés, alimentés par le Doubs et par la source d’une fontaine, à l’aide d’un pont- levis. Le château se composait de trois ailes disposées autour d’une cour carrée, d’un donjon et de trois tours circulaires qui en défendaient les angles.

Il fut plusieurs fois démolie puis reconstruit et transformé au cours des âges, la dernière restauration date du XIXe siècle.

Aujourd’hui, sous ses allures de château fort, il se compose aujourd’hui d’un corps de logis sur deux étages, de son donjon quadrangulaire et d’une tour ronde.

Le château est inscrit aux monuments historiques, c’est une propriété privée.

L’église Saint-Étienne

L’église est très ancienne, certaines parties du bâtiment datent du XIVe siècle. Elle fut progressivement agrandie et restaurée au fil du temps, ce qui a bien modifié son aspect. Cette église est commune aux trois villages de Rans, Ranchot et Monteplain.

Plusieurs personnalités seigneurales tels que Gillette de Rans, Hugues et Marguerite de Salins reposent toujours dans le sanctuaire de l’église.

L’école

En 1844, une maison est transformée en école, accueillant 65 garçons et 60 filles.
L’école de Rans fonctionna jusqu’en 1994, la maternelle et l’école élémentaire étant depuis dispensées dans le nouveau bâtiment scolaire “Le Concordia”, construit à Ranchot.

L’école fut transformée en logements et en un centre aéré.

Les forges

Une première forge fut construite à l’endroit de l’actuel moulin de la bruyère vers 1526, elle se composait en 1790 d’un haut-fourneau et de deux feux d’affinerie, la production était de 150 tonnes de fer brut par an. Elle ferma en 1830.
En 1705, un arrêt du conseil du roi autorise le prince de Bauffremont à construire les forges sur la rive du Doubs. Achetée par Léonard Caron en 1798, elles sont intégrées dans la Société des Hauts Fourneaux, Fonderies et Forges de Franche-Comté. Une nouvelle forge est construite entre 1854 et 1857. Trois hauts fourneaux au bois et deux au coke fonctionnent en 1857, on y produit 12 000 tonnes de fonte par an destiné aux forges neuves de Fraisans. Une voie ferrée la relie aux mines de fer d’Ougney et à Fraisans. Environ 250 personnes travaillent sur le site.
Non-rentables, Les hauts fourneaux sont progressivement arrêtés et démolis. L’usine ferme en 1891. Une société fabriquant du charbon de bois puis une centrale hydroélectrique s’installent par la suite sur le site. Une partie des bâtiments est classée Monuments Historiques, c’est une propriété privée.

Autres activités industrielles & artisanales

La faïencerie Brachère

Elle fut installée dans une maison du XVIIIe siècle en 1920 et fabriquait des poêles et briques en faïence. La faïencerie ferme en 1936. Une inscription en façade témoigne encore aujourd’hui de son activité. Le bâtiment est “privé“.

Le moulin de la Bruyère

Le bâtiment de l’ancienne forge transformé en 1842 en moulin à blé à trois tournants. Après divers travaux d’agrandissement et d’un équipement complet, le site se transforme en minoteries du moulin de la Bruyère.

Le blason

A notre connaissance, la commune de Rans n’a pas de blason officiel.

Sources

« Dictionnaire celtique » par BULLET Jean-Baptiste, professeur de théologie à l’université de Besançon,mort le 7 septembre 1775.

« Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté » par A. ROUSSET
consulter en ligne

Archives de la mairie de Rans

Inventaire général du Patrimoine culturel de Franche-Comté culture.gouv.fr

En savoir plus

Archives départementales du Jura

Histoire du département du Jura